• 2341 visits
  • 19 articles
  • 453 hearts
  • 973 comments

11/08/2014











✘ Blog crée le 10/08/2014 à 23:34 ✘
Blog source Fic depuis le 30/07/2015 à 12h56
Blog source Lecture depuis le 27/11/2015 à 11h14


 lets-Fall-inLove est un blog fiction tenu par un adolescente de 17 ans. Maddison Turttle est représentée par une inconnue et Shane Prinfled par Owen Devalk.
Les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressem-blance avec des situations exis-tantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.



















LE PLAGIAT EST STRICTEMENT INTERDIT





R.E.P.E.R.T.O.R.I.E.E
C.R.I.T.I.Q.U.E
Mon profil Wattpad
 
Tous les habillages et avatars, toutes les bannières sont réalisés par mes soins. Merci de ne pas copier/prendre sans mon accord.
© Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations partielles ou totales de mon travail sont interdites;
conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle

11/08/2014


La fiction
 
Titre: Let's fall in love
Personnages principaux: Maddison Turttle & Shane Prinfled
Genre: Romance/Amitié/Famille
Disclaimer: Tous les personnages m'appartiennent.
Rating: [+13]
Statut: En cours
 
 
 Prologue

Une soirée. Il avait seulement suffi d'une soirée pour que sa vie change à jamais. Lorsque Maddison apprend que le dénommé Olivier, présenté comme un simple collègue de travail par sa mère, est en réalité son futur beau-père, c'est tout son monde qui s'écroule. Malheureusement elle n'est pas au bout de ses surprises, devant la porte l'attend une personne : celle qu'elle n'aurait jamais souhaité voir et pourtant... Commence alors une cohabitation houleuse qui se transformera pourtant peu à peu et ce contre leur grès, en un attachement mutuel et nécessaire ; parce que derrière les murs les plus hauts, se cachent parfois les personnes les plus faibles.
 
La vie n'est que contradiction. Un paradoxe ambulant, bourré d'ironie du sort et elle l'avait apprise à ses dépends.
 
Mise en bouche

Prénom : Maddison (prénom original que possèdent les 3/4 de la population féminine aux USA)
Nom de famille : Turttle (avec deux « t ». A ne pas confondre avec Turtle, la tortue en français qui est un animal stupide et lent)
Famille : Je ne préfère pas m'étendre sur ce sujet
Amie : Becky et accessoirement Holly, Emily et Mia
Aime : le silence, être seule, lire, faire des maths (sauf avec Monsieur Panche qui est une vraie commère) et Becky.
Déteste : Shane, toutes les filles -en dehors de mes amies- qui parlent pour ne rien dire, ma mère. Ma vie. (et les KFC)
 

/!\ Pour être prévenu, c'est un commentaire poli sur cet article /!\

14/08/2014










Chapitre I                                                      Chapitre IX                                            Chapitre XVII
Chapitre II                                                     Chapitre X                                              Chapitre XVIII
Chapitre III                                                    Chapitre XI                                            Chapitre XIX
Chapitre IV                                                    Chapitre XII                                           Chapitre XX
Chapitre V                                                      Chapitre XIII                                         Chapitre XXI
Chapitre VI                                                     Chapitre XIV
Chapitre VII                                                    Chapitre XV
Chapitre VIII                                                   Chapitre XVI


12/08/2014


 Let's fall in Love, chapitre un.
Point de vue de Maddison Turttle.
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
Timoré , adjectif : Personne craintive ou timide
 
***
 
Le plafonnier déversait dans la petite pièce sa lueur blafarde, aussi crue qu'une lampe torche de gardien de prison, révélant le moindre grain de poussière sur le grand tableau noir, la moindre tache sur le carrelage jaunis par le temps, la moindre trace de doigts sur la vitre. Cette pièce avait du voir bien des choses se dérouler entre ses quatre murs ; les fantômes de ses anciens occupants semblaient encore s'y accrocher telle de vieilles toiles d'araignées.
 
« Ouvrez votre livre page 137 »
 
La voix criarde de Madame Tantez résonna dans la pièce, rebondissant sur les murs décrépis par les années passées ; me sortant de mes pensées. D'un geste lasse, je saisis l'imposant manuel, qui avait dû avoir de nombreux propriétaires et l'ouvris à la page indiquée.
 
Au loin, un éclair frappa ; illuminant un instant la salle grise et ses occupants. La pluie fouettait les vitres, les gouttes s'écrasant avec fracas contre le verre sale. Les murmures des élèves s'intensifièrent un instant avant d'être réprimandés par la professeur de français. Je soupirais. Encore une journée morne et maussade. Rien ne viendrait troubler la quiétude du petit village qu'était Rento.
 
En pensant au nom de la bourgade où je vivais, je ne put réprimander un rictus de mépris. Rento était un énième paradoxe. Une énième ironie du sort dont je ne pouvais me détacher.
En finnois, Rento signifiait désinvolte, hors mon caractère était en totale contradiction ; timorée et pusillanime,je me demandais souvent quelle place j'étais censée occuper dans ce village où les habitants étaient sans gène et audacieux.
Déjà petite, alors que les autres élèves s'amusaient dans la cours de récréation à toute sorte de jeux, je m'isolais dans un coin, préférant de loin le silence au vacarme incessant produit par les petits poumons de mes camarades. En grandissant cet écart n'avait cessé de se creuser, m'éloignant de plus en plus de la civilisation et de la société. Mais je n'étais pas malheureuse, loin de là.
 
Lorsque la sonnerie, une mélodie du célèbre compositeur Beethoven, retentit dans tout les bâtiments, déchirant le mutisme qui s'était installé dans la classe ; on entendit des raclements de chaises à chaque étages et les élèves, tels des robots qui venaient de recevoir des nouvelles piles, se levèrent d'un seule bloc ; sortant des salles avec un énorme brouhaha. Je préférais attendre que la cohue soit passée, pour sortit à mon tour.
 
***
 
Le gymnase du Lycée était grandiose, pas seulement par sa taille, mais aussi pour la beauté de ses lieux. Moderne et spacieux, il possédait des équipements complets pour satisfaire n'importe quel sportif. L'étage du bas était réservé au football, basket-ball, badminton, escalade et tout un autre tas de sports ayant besoin d'espace. Celui du haut comportait trois pièces ; une pour la musculation, une pour la gymnastique et une autre pour le ping pong. A l'extérieur, on pouvait retrouver un terrain de foot, un terrain de basket-ball ainsi qu'une piste d'athlétisme et son bac à sable pour le saut en longueur.
 
Bien que l'endroit fasse rêver, pour moi le sport était comparable à une séance de torture.
Timidement, je poussais les portes de l'endroit et pénétra dans un immense hall, adjacent à la salle de basket-ball.
 
« Salut Tache » me lança Shane, en passant devant moi.
 
Tache ? Seulement un surnom parmi tant d'autre. Celui-ci était dû à une marque de naissance que j'avais près de mon nombril. Comment les autres le savait ? A cause de cet uniforme de sport ridiculement petit, que le Lycée Onnellisuus donnait à ses élèves et qui laissait apercevoir plus de peau qu'il n'en fallait. A chaque mouvement, cet affreux tee-shirt, rouge et blanc, remontait et laissait entrevoir la moitié de mon ventre, au détriment de ma vie intime et de mes hontes. Car oui, cette « tâche » était quelque chose que je détestais plus que tout. Elle me rappelait tellement de mauvais souvenir, qu'à plusieurs fois, j'avais essayé de la cacher. Sans succès. Et voilà qu'elle était désormais à l'origine de ce surnom. Déprimant.
 
Et Shane ? Un garçon parmi tant d'autre qui avait pour seul but de me mettre en rogne pour le restant de la journée. Sans prêter attention à lui, je poursuivis ma route, rejoignant Becky, qui essayait d'envoyer des ballons de basket dans un panier. Becky était une jeune fille douce et attentionnée, toujours là pour ses amies. Elle m'avait prise sous son aile dès la rentrée du collège et depuis, nous ne nous quittions plus. Les inséparables, comme s'amusaient à nous appeler nos camarades de classe.
 
« Maddy, viens par là » Chuchota mon amie, en me faisant un signe discret de la main
 
Tout en s'approchant, je tirai sur mon haut de survêtement qui laissait déjà apercevoir mon nombril.
 
« Est ce que tu avais remarqué combien le bleu allait bien à Chord ? »
 
Suivant du regard l'endroit indiqué, je tombais sur le dénommé Chord. C'était un garçon, assez bien bâtit, brun avec des yeux marron que Becky adulait depuis petite. Sans résultat. En effet, celui-ci semblait être plus intéressé par sa planche de surf que par les filles. Pourtant, des filles, il n'en manquait pas. Constamment entouré de la gent féminine, il aurait pu sans aucun doute former son propre harem et aurait fait pâlir de jalousie les grands sultans d'Orient. Je ne le détestais pas forcément, mais il était ami avec Shane alors...
Pour répondre à Becky, je haussai les épaules et émit un vague son de la gorge, qui sembla lui convenir. De toute manière, Becky n'attendait aucune réelle réponse, seul son avis comptait.
 
Lorsque la fin des cours arriva, la pluie avait redoublé. Impossible pour qui que ce soit de rentrer chez lui, à moins de posséder une voiture. Ce qui n'était évidemment pas le cas pour ma part.
M'asseyant sur les escaliers, bien à l'abri sous l'auvent, je regardai partir les élèves chanceux dont les parents étaient venus les chercher ; malheureusement pour moi, ma mère travaillait jusqu'à tard et ne pouvait venir. Je sortis mon téléphone de ma poche et me mis à jouer à un des nombreux jeux absurdes que Becky m'avait fait installer ; pour faire passer le temps, m'avait-elle dit. Dix bonnes minutes s'étaient écoulées, la pluie ne faiblissait pas et j'avais fait le tour de tous les jeux présent sur mon mobile. Faute d'occupation, je me mis à observer les gouttelettes d'eau qui venaient s'écraser en une masse assez impressionnante sur tout ce qui se trouvait à découvert, lorsque deux pieds entrèrent dans mon champ de vision. Détournant le visage, je remontais mes yeux jusqu'au visage du propriétaire de ses membres. Visage que je ne connaissais que trop bien et que je n'appréciais absolument pas.
 
_Alors miss Turtle, on ne ce risque pas à aller sous l'eau ? Pourtant, je croyais que les animaux dans ton genre adorait ça !
_Qu'est-ce-que tu fiches encore ici Shane. Pestai-je en le fusillant du regard
_Moi ? Et bien, il se trouve qu'il pleut un peu beaucoup, et que par conséquent je ne puis rentrer chez moi. Est ce que cette justification te convient ? Déclara t-il en prenant un air supérieur
 
Agacée par son comportement puéril, je soufflais. Bien que nous ayons tout deux seize ans, Shane n'avait semble t-il pas grandi et était toujours au stade de gamineries. Ce qui ne l'empêchait pas d'avoir une multitude de fille à ses pieds. Un peu trop peut être, puisque son ego avait décuplé en fonction de la population féminine qui arrivait. Pas conséquent, il se permettait de se sentir supérieur par rapport à moi, m'affublant de surnom tous plus ridicule les un que les autres. Turtle faisait référence à la tortue, en anglais, mais était aussi le surnom détourné de mon nom de famille : Turttle ; avec deux « t ». Rien à voir avec ce petit animal qui avançait avec une lenteur insoutenable et que je trouvais ridiculement moche.
 
_Bien, vu que la pluie a l'air de se calmer, je vais en profiter pour partir puisque je suis en possession d'un objet bien utile...
 
Tout en disant cela, il fit tourner un parapluie entre ses doigts, me narguant une fois de plus.
 
_Évidemment, je ne te salue pas, Turtle.
 
Appuyant sur le dernier mot, il ouvrit son parapluie et disparut à travers le rideau d'eau qui s'écoulait du toit. Laissée seule, je me mis à maudire intérieurement Shane, la météo et moi même par la même occasion. Il n'était pas censé pleuvoir, ce n'était donc pas de ma faute si je n'avais pas songé à prendre un parapluie !
 
_Foutue météo Soufflais-je
 
Lorsque j'arrivais chez moi, l'horloge sonnait dix-neuf heures pile. Trempée jusqu'au os, je me dépêchais de me débarrasser de mes vêtements mouillés et filais prendre une douche. Ma mère n'était toujours pas rentrée, mais j'avais l'habitude. Employée comme avocate dans un des bureaux les plus prisés du pays, il lui arrivait souvent de finir a pas d'heure. Je m'octroyais donc une pause en regardant une de ses émissions de télés réalités débiles mais qui faisait passer le temps.
 
_Jordan, il est vraiment au bout de la roulette ! S'écria Gaëlle de Les Ch'tis font du ski
_Encore devant cette émission, Maddy ?
 
La porte d'entrée claqua, et ma mère surgit dans le salon. Elle s'approcha de moi et m'embrassa le front.
 
_Bonne journée, maman ?
_M'en parle pas. J'ai eu des clients aujourd'hui...Pire que les gens qui sont dans ses... Expliqua t-elle en pointant de la tête la télé. Et sinon, toi ta journée ? Pas trop mouillée ?
_Ca va, j'ai dû rester au Lycée le temps que la pluie se calme.
_Quelle journée. Un vrai déluge ! Affirma t-elle en allant dans la cuisine. Tu veux manger quoi ce soir ?
_Et si on commande japonnais ? Des sushis, ça te dit pas ? Proposais-je
 
Elle se mit à rire.
 
_Allez, va pour les sushis.
 
Une heure plus tard on sonna à la porte. Ma mère parti ouvrir et reviens avec un plateau repas.
 
_Le dîner est servi Annonça t-elle en le déposant sur la table basse.
_C'est pas trop tôt ! M'exclamais-je en attrapant un roulé au passage.
 
Le repas se passa dans une bonne ambiance. Pour la première fois depuis longtemps, j'avais une véritable conversation avec ma mère. Alors que je venais de finir mon assiette, elle posa la sienne et planta son regard dans le mien.
 
_Maddy... Tu te souviens de Olivier ?
_Celui qui bosse avec toi ?
 
Elle hocha de la tête.
 
_Et bien, demain soir il vient manger à la maison. Avec son fils.
_Quoi ? Mais pourquoi ? M'enquérais-je
_Tu le sauras demain Chantonna t-elle avec une immense sourire.
_C'est grave ?
 
Elle fit mine de réfléchir.
 
_Grave, non. Mais important oui.
_Je n'en saurais pas plus, c'est ça ? Bougonnais-je en croisant les bras
_Non, sinon tu vas te carapater.
_C'est bien parti pour...
_Maddy Gronda t-elle Tu as intérêt à venir demain. De toute façon, si ce n'est pas demain, ça sera après demain. Donc tu seras là Conclue t-elle
 
Comme pour montrer que la conversation était close, elle se leva et débarrassa la table.
 
_Je monte, j'ai du boulot.
 
Je me contentais de hocher de la tête, le regard perdu dans le vide. La suite s'annonçait pleine de surprises.




• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
 
 Le chapitre a été critiqué par Lover de
PasUneFaute blog correcteur et critique.
Le chapitre a été critiqué par Instant-En-Suspens

Tags : Let's fall in love - chapitre I